• -6-

     

    .:6:.

     

    Et arrivant à la voiture, quelle ne fut pas leur surprise d'y voir, confortablement installée, Mamie Maire, un livre de cuisine entre les mains. Nos quatre amis se figèrent devant telle apparition, et commencèrent à se demander dans quel endroit ils avaient bien pu atterrir.

     

    .:6:.

     

    - Bah alors mes petits chéris, on s'en va sans payer ?

    Et comme un orchestre symphonique percerait les oreilles d'un inculte et ignare, notre folle échappée fit ce qu'elle sait faire de mieux : s'enfuir en hurlant.

    - AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH !!

     

    .:6:.

     

    Et c'est sous une pluie de Coca-Cola lancée par Mamie Maire, pour les faire ralentir, et apparemment, les anéantir, que nos valeureux héros se dirigèrent à nouveau vers le chalet de la Grand-Mère, non pas pour entrer s'y cacher, mais pour s'y cacher … dans les buissons qui le longeait, qui seraient probablement une bonne cachette contre cette folle enragée.

     

    .:6:.

     

    - Et on fait quoi maintenant ? Demanda Anthony qui allait bien mieux, adossé contre le mur de pierres.

    - Moi je sais ! Clama silencieusement sa compagne, avant de le tirer vers les fourrés pour profiter de son absence de maux de ventre pour s'amuser un peu avec lui.

     

    .:6:.

     

    Et nous on fait quoi hein ? On surveille la folle ?! Bouda le deuxième homme de la bande en direction des fourrés.

    - Nous aussi on fait des câlins mon chéri, dit-elle en se rapprochant de lui dangereusement.

    - Non j'ai dit !

    Il la repoussa vivement, assez pour qu'elle atterrisse les quatre fers en l'air, tout en grognant contre cet émo en carton et papier bulle.

     

    .:6:.

     

    Espèce d'émo-rroïde ! Emo-globine ! Emo-ragie ! Emo-statique !

    - Ca va tes mots d'amour la ? Et ta gueule où on va rameuter la vieille.

    Et c'est à ces mots à peine prononcés que notre délicieuse Mamie Maire aux couleurs si apaisantes, flanquée de son armée de zambies, arriva auprès de nos talentueux héros, armée d'une bouteille de Coca-Cola Light, tout droit dirigée vers eux, alors que Andrée pointait le bout de son nez éreinté au travers des arbres.

     

    .:6:.

     

    - Y'avait un cadavre avec nous les copains ! J'ai surkiffé !

    Les deux autres humains en présence se taisaient, regardant avec horreur la femme infâme trop vieille pour ces histoires de zambies, ce qui intrigua aussitôt Andrée.

    - Et merde, je savais que j'aurais pas du me mettre au régime, l'aspartame c'est nocif pour la santé.

     

    .:6:.

     

    Et tandis que Anthony sortait tant bien que mal la tête des fourrées, ils furent tous arrosés de Coca-Cola Light, sous le rire démoniaque de Mamie Maire et de ses zambies chéris. Serait-ce donc la fin de nos valeureux héros, qui espéraient survivre à la nocivité de ce soda populaire ? Ou vont-ils se remettre tant bien que mal de ces furieuses aventures ?

     

    .:6:.

     

    « -5--7- »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :