• -4-

     

    .:4:.

      

    Durant ce temps, ses amis s'installaient à la table du fond, prenant chacun un menu, sous l'oeil scrutateur de la maitresse de maison, fascinée par leurs faits et gestes, et dont sa langue, discrètement, sortit de sa bouche pour se caresser les lèvres, habitée par un appétit grandissant.

     

    .:4:.

     

    - Pourquoi est-ce que il n'y a que du coca-cola dans le choix des boissons ? Coca-Cola, Coca-Cola Light, Coca-Cola Zero, Coca-Cola Cerise, Coca-Cola Vanille … énuméra Anthony, commençant à se calmer de l'estomac.

    - Je veux un Coca-Cola avec mon prénom ! Trépigna Nathanaël, très vite rejoint par Andrée, sous le regard blasé de Anthony.

     

    .:4:.

     

    Puis, arriva la dernière roue du carrosse, la conductrice de l'équipage, trainant de la patte avant de s'installer à table, le regard livide, complètement sous le choc de sa découverte dans le lieu censé être le plus propre de ce restaurant : les toilettes. Elle s'installa, amorphe et presque zambifiée avant d'attraper un menu.

    - Un problème Angela ? S'enquit Andrée quelques minutes plus tard alors que leur amants s'empiffraient de nourriture chinoise (?), voyant bien que son amie n'était pas dans son assiette devant son repas composé de nems.

     

    .:4:.

     

    J'ai vu des … des trucs inimaginables, finit-elle par avouer, tremblante d'effroi. Il … il y avait du sang … du sang partout …

    - C'était à ce point inondé ? Mais dis moi que ta petite culotte a survécu hein ? S'inquiéta Nathanaël, la bouche pleine de beignets de crevette.

    - Mais on parle pas de ma culotte ! Y'a eu un meurtre dans ses chiottes je te dis ! J'ai même pas pu poser mes fesses sur la cuvette, j'ai eu trop peur …

     

    .:4:.

     

    A ces mots, tous repoussèrent leur assiette, Anthony accompagnant son geste de son désormais légendaire burp, tandis que les deux autres exprimèrent leur dégout le plus bruyamment possible.

    - Courage, fuyons ! Annonça vivement Andrée en se levant.

     

    .:4:.

     

    Et cette affirmation, validée par l'assemblée sans qu'elle se soit concertée, les fit se lever comme d'un même homme, pour rejoindre en mode commando la sortie du restaurant, tout en évitant le plus possible la propriétaire des lieux, qui cuisinait, en chantonnant, des plats pour ses visiteurs imaginaires.

    - J'ai envie de gerber, se plaignit Anthony en sortant le plus vite possible du restaurant.

    « -3--5- »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :