• -2-

     

     

    .:2:.

     

    Revenons à nos aventuriers intrépides et sans peur, dans leur superbe véhicule tout terrain … qui avait terminé sa course dans la rivière, les roues ne voulant plus avancer, réclamant leur pause bien méritée.

     

    .:2:.

     

    Bon ben, Andrée tu viens m'aider à pousser, fit Nathanaël en ouvrant sa portière.

    - Nan nan nan ! Plutôt mourir bouffée par un zambie que de mettre mes New Rocks dans la boue, c'est même pas la peine d'y penser. Anthony, réveille-toi, va pousser.

    - Grumpf !

     

    .:2:.

     

    - Veux pas mourir ici ! Pas dans cet état, les enquêteurs vont se foutre de moi et de mon inondation, dit la conductrice, au bord de la dépression nerveuse, riant jaune ou pleurant, selon votre convenance.

    - Mais non Angela, la rassura alors son compagnon. Fais moi câlin mon bébé.

     

    .:2:.

     

    Il tendit alors les bras vers elle, tandis que son visage s'éclairait de ravissement, avant que ce dernier ne se ravise, croisant ses doigts devant elle.

    - Vade retro Angelas ! T'as tes règles ! Tu veux ma mort ou quoi ?

    - J'te déteste ! Sale emo en carton … nan ! En papier bulle, tu pètes dès que je te touche.

    - J'ai mal au cœur ….

    - Civilisation !

     

    .:2:.

     

    Ce dernier mot, hurlé comme un appel à la victoire, fit réagir tout l'équipage qui se tourna comme un même homme vers le doigt pointé de Andrée : une bute sur laquelle se trouvait une ravissante petite ferme, surplombant un chalet, sur lequel était inscrit en lettres manuscrites : « Mamie Maire, saveurs amères. »

     

    .:2:.

     

    Tu veux sérieusement entrer là dedans ? S'exclama Angela en détaillant la sombre bâtisse dressée devant eux, entourée d'innombrables déchets datant au moins de la guerre mondiale de soixante dix-huit.

    - Moi je suis partant, et puis j'ai faim, alors on a pas le choix, conclut alors le mécheux en s'avançant à grandes enjambées vers le chalet.

     

    .:2:.

     

    Ses trois comparses préféraient quant à eux rester près de la rivière qu'ils venaient de traverser, plutôt que de risquer leur vie dans cet environnement improbable. Une femme sortit alors de la maison pour s'approcher de notre valeureux soldat tout vêtu de bleu.

    « -1--3- »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :